Quelques jours avant le salon bauma, Bernd Schunk, Vice-Président Ventes et Marketing pour le département Hydraulique Mobile,nous donnait son point de vue sur les possibilités de la mise en réseau et de l’automatisation, à petite et grande échelle.

Quelle est l’essence du message que Bosch Rexroth souhaite développer au salon bauma, en matière d’hydraulique mobile ?

Ce salon sera l’occasion de rappeler, au travers d’une nouvelle campagne, que Bosch Rexroth est plus qu’un simple fournisseur de composants hydrauliques : nous sommes partenaire des constructeurs depuis des années et connaissons leurs contraintes et les spécificités de leurs engins. Nous pouvons donc leur proposer des solutions complètes.

Des solutions qui répondent aux principaux enjeux de notre secteur, à savoir la sécurité, l’efficacité, la gestion des performances et la connectivité.

Quelles seront les nouveautés présentées à ce salon ?

Nous allons présenter des nouveautés à tous les niveaux : composants, systèmes d’entraînement et engin dans son ensemble. Nous montrerons également comment il est possible, grâce à l’Internet des objets, de mettre en réseau plusieurs engins impliqués dans un même processus.

Nous proposons des composants électroniques qui offrent de nouvelles possibilités en matière de contrôle et de connexion. Ces composants ouvrent de nouvelles voies dans l’amélioration de la conception fonctionnelle des systèmes hydrauliques de travail et de translation.

Nous proposons également des solutions d’entraînement globales, qui incluent l’électronique et la partie software. Nous accordons une attention particulière aux interactions entre les composants ainsi qu’à l’optimisation des systèmes hydrauliques pour les moteurs diesel, la gestion électronique et les entraînements hybrides. Notre mot d’ordre : efficacité énergétique des engins.

Le salon bauma est pour nous l’occasion de nous positionner comme un des leaders de l’IoT et de la connectivité pour les engins mobiles en présentant des exemples d’applications concrètes.

Pourquoi passer de la fourniture de composants à une offre de service globale ?

C’est une demande de nos clients qui se renforce ces dernières années. Au delà de notre expertise sur les composants, ils souhaitent que nous les conseillions sur la conception du système hydraulique dans son ensemble, en lien avec la motorisation. Et ils attendent de nous des solutions créatives.

Notre équipe ingénierie des systèmes a l’expertise applications nécessaire pour élaborer ces nouvelles solutions. Elle est de plus en plus sollicitée car les clients souhaitent se concentrer sur leur cœur de métier.

Pouvez-vous nous donner un exemple concret ?

Bien sûr ! Prenons par exemple une pompe hydraulique classique : plus de 25% de la complexité se trouve dans sa commande. Avec nos nouvelles solutions électroniques, cette complexité est gérée au niveau du logiciel. Ceci nous permet de réduire considérablement les variantes, et par la même occasion les frais logistiques.

Cet aspect est souvent négligé dans les discussions autour de l’IoT et de la connectivité : nous sommes déjà capables d’exploiter un potentiel considérable à l’échelle du composant, sans perdre en performances, bien au contraire. Notre expérience sur différents projets nous a en effet démontré que nous pouvions obtenir une meilleure réponse dynamique, plus de précision et des solutions plus stables.

Et qu’en est-il de la connectivité ?

Nous sommes très bien positionnés dans ce domaine. Nous pouvons exploiter la richesse du savoir-faire et du portefeuille du groupe Bosch. Aujourd’hui, le parc de véhicules connectés via Bosch IoT Suite compte déjà 3,2 millions de véhicules et ce nombre grandit sans cesse.

C’est de ce savoir-faire qu’est née la solution Connected Off-Highway (COS) Bosch Rexroth. Elle contient toute l’infrastructure nécessaire pour connecter les engins de manière ouverte, modulaire et évolutive. A cette infrastructure s’ajoutent l’accès au cloud, des solutions de transmission de données et bien sûr des applications mobiles.

Pouvez-vous nous parler de ces applications ?

Nous élaborons actuellement des solutions dans quatre domaines différents. Un premier objectif est de détecter « l’état de santé » d’un composant ou d’une machine. Prenons l’exemple d’une pompe hydraulique. Nous commençons par recueillir les données de fonctionnement que nous analysons pour connaître l’état de la pompe. Et nous prévoyons ensuite quand elle devra être remplacée.

Nous nous intéressons aussi à la conception de la machine. Il était jusqu’à présent très compliqué d’obtenir les données des cycles de fonctionnement sur le terrain. Avec les capteurs et les composant électroniques, ces données deviennent accessibles. Grâce à elles, il est possible d’optimiser la conception de la machine en évitant de sur-dimensionner le niveau de performance des composants.

Nous développons également des applications avec d’autres départements de Bosch, par exemple pour la gestion de flottes. Enfin, nous avançons sur les processus de maintenance. L’idée serait qu’un conducteur, lorsqu’il est informé qu’il doit remplacer une pompe, n’ait plus qu’à « appuyer sur un bouton » pour programmer un rendez-vous avec l’atelier et lui transmettre toutes les informations nécessaires.

Qu’est-ce qui vous a amenés à développer cette solution IoT ?

Nous faisons partie des rares fournisseurs capables de gérer l’ensemble du processus, y compris la mise en place de l’infrastructure. De plus, nous utilisons toujours des interfaces ouvertes. Cela permet au client de choisir d’utiliser notre solution dans son ensemble, ou de n’en retenir que quelques éléments et de les combiner avec les siens pour créer une solution mixte.

L’autre point important est la montée en charge. Nous n’en sommes qu’aux applications pilotes mais nous pourrions très vite avoir beaucoup d’engins connectés. Avec la plateforme Bosch, qui regroupe déjà des millions d’utilisateurs, nous disposons d’une solution capable d’évoluer avec les besoins.

Y-a-t-il d’autres sujets qui vous semblent particulièrement importants ?

Oui. Nous allons profiter du salon bauma pour parler d’automatisation. Nos clients cherchent à automatiser, au moins partiellement, les fonctions de travail de leurs engins.

Il s’agit pour nous d’une étape intermédiaire entre l’assistance à la conduite et l’automatisation complète dans certaines situations de travail. En associant notre savoir-faire avec celui d’autres divisions de Bosch, nous sommes en mesure de proposer toute l’offre nécessaire à cette automatisation : blocs de distribution, joysticks, capteurs, systèmes de caméra, écrans BODAS, contrôleurs et logiciels.

À quelles problématiques pensez-vous que vos clients seront confrontés dans les années à venir ?

Je vais vous en citer deux :

  • Le premier enjeu de taille est le « zéro émission ». C’est une exigence de plus en plus forte des utilisateurs.
  • Associée à l’environnement législatif, cette exigence pousse les entraînements électriques et hybrides au détriment des entraînements classiques.

Nous profiterons du salon bauma pour présenter au public notre stratégie produits sur les entraînements électriques.

Selon moi, dans les dix ans à venir, l’automatisation représentera un avantage de taille pour nos clients. Il y a déjà trop peu de conducteurs qualifiés et la manipulation des engins a tendance à se complexifier. Cette situation est en passe de créer un véritable blocage, en particulier pour les marchés en expansion.

La solution est de travailler main dans la main avec les constructeurs sur l’automatisation et l’assistance aux conducteurs, pour que les engins accomplissent certaines tâches en toute autonomie. Il y a là un énorme potentiel d’économies et de gains de productivité. L’efficacité des processus sur les chantiers est une préoccupation majeure de nos clients et des entreprises de construction. La mise en réseau des machines et des processus de travail est une vrai solution à cette problématique.

Cette mise en réseau en est encore ses balbutiements et les business models sont encore à inventer. Qu’est-ce qui vous pousse à devenir des pionniers dans cette voie ?

Il est important pour nous d’être présents dès le départ. Nous devons être prêts à investir dans ce domaine et à avancer en même temps que nos clients. Nous entrons en terre inconnue et il est impossible de prévoir ce que ce voyage nous réserve. L’essentiel est d’aller de l’avant.

Partager :
  • Articles similiaires

    d’articles